Stock épuisé.
Produit en rupture momentané
Quantité minimum d'achat
La quantité minimum d'achat n'est pas atteinte

 

 

PROPRIÉTÉ

 

DU SILICIUM ORGANIQUE

 

Sur le plan du système immunitaire, le silicium est le coordinateur qui participe à l’envoi de l’ordre de fabrication des anti-corps-antigènes. Il favorise également la transformation des lymphocytes B en lymphocytes T. Il exerce un rôle important dans la synthèse des hormones liées à l’immunité.

   

Ainsi, l’activation des lymphocytes T et B, ainsi que l’inhibition de la prolifération anarchique des cellules néoplasiques montrent que le silicium se comporte comme un régulateur de la division cellulaire : il est à la fois capable d’activer les divisions cellulaires normales et de s’opposer aux mitoses pathologiques. La cellule cancéreuse est anaérobie, ce qui signifie qu’elle extrait l’oxygène des sucres, à la différence des cellules normales, qui utilisent directement l’oxygène gazeux apporté par le sang. La cellule cancéreuse ne peut subsister et proliférer qu’à condition d’être placée dans un milieu permettant la vie anaérobie (milieu alcalin-réducteur). Pour le Professeur Louis-Claude VINCENT, ce milieu est caractérisé par une surcharge en électricité positive. Cette surcharge a pour effet d’augmenter la différence de potentiel entre le milieu extracellulaire et l’intérieur de la cellule, c’est à dire entre les deux faces de la membrane cellulaire.

 

L’efficacité des composés organo-siliciés paraît en grande partie liée à cette action. Ils jouent un rôle de dépolarisant membranaire, à condition qu’ils s’agissent de composés organo-siliciés respectant les normes biotiques définies par la Bio-Electronique de Vincent (milieu acido-réducteur). Action sur l’interleukine - désenkystement des ganglions lymphatiques.

 

Rééquilibrage ionique : La membrane plasmique de la cellule, qui gère les échanges, entoure le contenu de cette dernière et le sépare du liquide extracellulaire.

 

 

Elle est donc une barrière entre les milieux internes et externes des cellules dont la charge ionique diffère, maintenant des compositions chimiques très différentes entre ces deux milieux. L’instabilité ionique est une constante dans la chimie des silanols; la présence d’acides aminés dans le silicium organique apporte la stabilité de la structure moléculaire, ce qui permet une excellente biodisponibilité de l’élément Si (intégrité cellulaire assurant une meilleure résistance et une meilleure gestion des échanges, exportation des déchets et importation des substances indispensables).

 

Rôle de vecteur : Circulation de l’information par action photonique et ionique.

Le silicium organique est utilisé en informatique comme semi-conducteur, où une augmentation de température permet une libération d’électrons. D’où l'intérêt de la Bio-Electronique de Vincent qui va analyser le potentiel d’ionisation (pH - potentiel hydrogène), le potentiel d’électronisation (rH2 – potentiel redox) et la mobilité ionique (rô – résistivité/conductivité) des solutions aqueuses, et vérifier que les paramètres sont adéquats pour assurer ce transport. Nous pourrions également évoquer le lien possible entre silicium et mise en place des forces de structuration [stade morula, blastula et gastrula: multiplication cellulaire, structuration cellulaire, destination cellulaire avec concrétisation tissulaire (médecine anthroposophique)]: circulation de l’information au niveau intracellulaire par omniprésence de silicium organique comme vecteur.

 

 

 Action cytostimulante

 

Le silicium stimule la croissance des fibroblastes et la synthèse de l’élastine et du collagène. Effets épidermo-thérapeutiques: tonicité de la peau, rides, dermatoses (eczéma, psoriasis), brûlures, plaies... 

 

Le silicium, présent dans l’acide hyaluronique, empêche la peau de s’affaisser, ralentissant ainsi le vieillissement... Carencée, elle rentre alors dans un processus accéléré de vieillissement, heureusement réversible. Le silicium intervient aussi dans l’élimination de la cellulite et de son disgracieux effet “peau d’orange”, par désinfiltration des toxines responsables de cette véritable inflammation de la cellule. Prévient très efficacement et lutte activement contre les vergetures.

 

Action hydratante : Les groupements hydroxyles présents dans les complexes siliciums organiques - acides aminés constituent un réservoir de molécules d’eau disponibles dans les couches cutanées. Par ailleurs, lorsque le métabolisme cellulaire est perturbé, seul le silicium organique, par son rôle de vecteur hydrique, va permettre une véritable hydratation et une réparation cutanée.

 

Action anti-radicaux libres : Le silicium organique engendre au niveau des fibroblastes une réorganisation des lipides au sein de leurs membranes, rendant celles-ci moins sensibles à l’attaque des radicaux libres responsables du vieillissement cellulaire.

 Action nerveuse : Au-delà de l’entretien des cellules nerveuses, une carence en silicium entraînerait une diminution de synthèse de la dopamine, responsable du phénomène de dépression.

 

Action sur la capsule ostéo-articulaire : Le tissu conjonctif du cartilage est formé d’une matrice abondante dans laquelle sont noyées les cellules cartilagineuses, les chondrocytes, qui lui assure son maintien (homéostasie). Cette matrice, très hydrophile, est un gel protéoglycane, enserré dans les mailles d’un réseau de fibres collagènes qui freine quelque peu la tendance du cartilage à s’imbiber d’eau, d’où certains oedèmes.

 

 Ces cartilages sont riches en acide hyaluronique et en glycosaminoglycanes macromolécules très riches en silicium...

Sa carence, et/ou la rupture du filet collagène par “mauvaises” frictions, entraînent les terribles douleurs articulaires que connaissent les personnes souffrant d’Arthrose.

 

La nécessité d’apports en silicium organique devient évidente, tant au niveau cutané (le silicium ne connaissant aucune barrière au niveau épidermique, dermique...), sous sa forme gel, il agît par osmose sur la douleur, redonnant la souplesse nécessaire au tissu conjonctif enflammé, que sous sa forme liquide, organique, seul moyen curatif efficace.

 

 

 

L’administration de silicium organique dans le cadre de maladies osseuses ou tendineuses (maladies de Paget et de Dupuytren) entraîne une nette amélioration, une mobilité accrue, et une diminution, voire une cessation des douleurs, par une action anti-inflammatoire probante, sans aucun effet secondaire.

 

 Des clichés de contrôle ont montré une reminéralisation des zones décalcifiées et une disparition des zones sclérosées ! Dans le cas de fractures, on assiste à une accélération du procession de recalcification, avec une normalisation du rapport silicium/calcium, montrant ainsi l’action du silicium en synergie avec les autres oligo-éléments.

 

 

 Pour l’ostéoporose, l’action du silicium se situe au niveau du maillage collagène de l’os; relâché, il ne peut plus retenir les minéraux essentiels à sa bonne santé, car retenir calcium, phosphore (...), reviendrait à pêcher des crevettes avec un filet de chalut: les crustacés s’échappent sans difficulté à travers les mailles du filet ! En revanche, resserrer les

Affections neurologiques dégénératives (Parkinson, Alzheimer...) : le silicium s’oppose à l’action toxique de l’aluminium, véritable antidote naturel, essentiel en raison de l’importante pollution à l’aluminium que nous subissons: atmosphérique, vaccinale, alimentaire,  médicamenteuse...

 

 

Régulation des graisses : le silicium assure la régulation graisseuse en agissant comme protecteur des enzymes qui s’opposent aux surcharges graisseuses, et comme conservateur de l’intégrité des mucopolysaccharides qui inhibent la fixation des lipides; l’artériosclérose étant le résultat d’un déficit quatorze fois supérieur à la normale en silicium organique: le manque de souplesse (aux passages des flux sanguins) qui en résulte au niveau des artères devenues trop rigides, favorise l’adhérence des plaques d’athéromes. Rééquilibrage de la tension artérielle.

 

Estomac, intestins...  varices, hyperacidité, troubles gastriques, ulcères, infections et/ou inflammations du système digestif, constipations, diarrhées...

 

 

 

Traitement des maladies hépato-biliaires : affections très rebelles à toutes thérapeutiques, ces dernières réagissent très favorablement à des apports en silicium, notamment des cirrhoses, d’origine alcoolique ou virale, véritable sclérose du tissu hépatique.

 

Autres actions : déchaussement dentaire, aphtoses bucco-dentaires, fibroses kystiques, mastoses, fibroses pulmonaires, kystes fonctionnels... La liste n’est pas limitative !... si le silicium n’est pas une panacée, ses résultats n’en restent pas moins édifiants !

Hautement assimilable, compatible avec toute thérapie, aucune intolérance, allergique ou autre, sans effets secondaires, toxicité nulle, aucun risque d’empoisonnement par risque de surdosage, ne contrevient nullement aux contrôles antidopages pour les sportifs, convient à tout âge, même si le silicium organique est davantage conseillé aux personnes âgées, aux femmes enceintes, aux sportifs occasionnels et de haut niveau, aux personnes surmenées, aux malades chroniques, aux convalescents, fracturés et autres...

 

Pour le Soluté buvable, éviter tout contact avec du verre ou du métal pour parer à toute oxydation ou désactivation de la solution; préférer le bois ou le plastique (se servir du bouchon doseur - 1 bouchon=25ml). La prise moyenne est de 30ml, la prise maximale est de 40ml pour les crises aiguës et la chronicité pathologique de longue durée ; au-delà de 40ml le « surplus » passe directement dans les urines, inutile donc de gaspiller, boire un litre cul-sec ne sera pas plus efficace !

 

 

 

 

Le goût âcre est normal.

 

Même si le silicium n’est pas confronté aux contraintes homéopathiques de prises à distance des repas (il peut très bien se mélanger au bol alimentaire), il est préférable d’espacer ces dernières et de les étaler de la façon suivante 10 ml matin, 20 ml soir, ou 20 / 20.

La formation d’un léger précipité est normale. Agiter avant emploi. Conservation en milieu tempéré ; la conservation au réfrigérateur est inutile si la solution n’est pas soumise à des écarts de température trop importants et répétés qui pourraient créer un phénomène naturel de recristallisation, sans danger.

 

Pour la forme gel, en applications externes, à la demande.

 

Le silicium organique présenté ici fait l’objet d’un brevet de fabrication et d’exploitation ; élaboré sous contrôle pharmaceutique, il rempli toutes les conditions physico-chimiques et bio-électroniques indispensables à un silanol de type monométhylsilanetriol (CH3-Si-3OH), acido-réducteur, hautement assimilable et bio-disponible.

 

 

 

 Retour page produit